Avocat connecté

Avocat connecté ou avocat innovant ?

A lire certains articles ou écouter certaines conférences, devenir « avocat connecté » serait l’horizon et l’objectif de tous les avocats de France. D’après d’autres articles et commentaires, c’est l’innovation qui est la clé de la transformation des cabinets d’avocats.

Alors, que signifie avocat connecté ? Être connecté veut-il dire être innovant ? A l’heure d’un questionnement stratégique de transformation du marché du droit, le débat est en effet important.

L’avocat connecté, c’est l’avocat d’aujourd’hui

Être connecté signifie utiliser les moyens d’Internet pour travailler plus rapidement et efficacement. On peut citer :

  • travailler avec des emails
  • échanger avec ses clients par Internet
  • assurer sa visibilité sur Internet
  • utiliser les réseaux sociaux
  • accéder à ses informations depuis son mobile

En revanche, il n’y a pas de notion de changement de pratique ou de transformation de son métier. On remplace le courrier par le mail, la plaquette par le site web, consulter son smartphone plutôt qu’appeler l’assistante.

L’avocat connecté est donc l’avocat d’aujourd’hui, qui utilise les outils à sa disposition pour optimiser son temps  

L’avocat innovant, c’est l’avocat de demain

Pour sa part, l’avocat innovant a compris que le mode d’exercice de sa profession était en train de muter et qu’il devait pour cela repenser ses processus de travail et de facturation.

Vous pouvez en savoir plus en consultant cet article d’Antoine Henry de Frahan (à qui j’emprunte d’ailleurs l’illustration).

Ecoutez également l’interview (en américain) de Mark A. Cohen, spécialiste américain de l’innovation 

Ses notions clés sont plutôt :

  • travailler en mode projet avec ses clients, les parties prenantes et les parties adverses
  • suivre et qualifier ses contacts et prospects avec précision
  • ajuster sa facturation aux besoins du client, même au dernier moment
  • disposer d’outils de pilotage et de reporting précis et réguliers
  • mettre le client au coeur de sa stratégie et de son cabinet

Pour cela, les emails et Internet ne suffisent pas. Il faut à l’avocat innovant un partenaire technologique capable de lui mettre à disposition des outils performants, agiles et interconnectés.

Le logiciel de gestion du cabinet constitue donc la vraie problématique. Le magazine Décideurs recense ici les principaux acteurs du marché. Pour lui, un outil comme Jarvis Legal, entièrement hébergé, ergonomique et fonctionnellement complet, est réellement pertinent. 

 

Partager cet article